VISITE DU SITE HISTORIQUE
PLAN INTERACTIF
AU FIL DU TEMPS
GALERIE PHOTOS ET 3D
LYON 5E EN 3 CLICS
ARTISANS, COMMERCANTS
LE PROJET

- HISTOIRE - Préambule -- Chronologie -- La naissance de Lyon et du Vieux-Lyon -- Lyon médiéval
--Lyon à la Renaissance -- Lyon moderne -- Lyon contemporain -- Patrimoine mondial de l'UNESCO
--Saint-Paul -- Saint-Jean -- Saint-Georges
- ARCHITECTURE
-
- SAONE
-
- PLAN LUMIERE
-
- GUIGNOL
-
- BIBLIOGRAPHIE
-
- LEXIQUE
-

AU FIL DU TEMPS > HISTOIRE > En savoir plus sur la Renaissance

La Renaissance n'est pas une période historique à proprement parler, elle n'est pas bornée par des dates précises, c'est plutôt un moment de l'histoire pendant lequel l'Europe vit au rythme des découvertes scientifiques, culturelles et littéraires.
Les origines de ce mouvement sont en l'Italie, à Florence, dès 1300 (Trecento) et proviennent de l'impulsion financée par la dynastie des Médicis, mécènes et collectionneurs. Les arts sont les premiers touchés par ce renouveau qui va se diffuser aux sciences, à l'architecture, à la philosophie...


La Renaissance italienne se veut un retour à l'Antiquité aussi bien grecque que romaine : on rédécouvre les préceptes d'architectes comme Vitruve (colonne dorique, colonne ionique, colonne corinthienne, nombre d'or, proportions, ...).
L'urbanisme bénéficie aussi d'une nouvelle approche : la relation église-palais-place est placée au centre de la réflexion.
Les rues sont désormais perçues non seulement comme un moyen d'afficher son prestige (d'où l'élaboration de façades spécifiques pour les palais italiens) mais également comme un régulateur de flux.

L'époque antique apparaît comme le point d'apogée de tous les arts, et on va continuellement s'en inspirer pour l'égaler, voire la surpasser.
Les artistes de la Renaissance sont polyvalents et complets, ils cherchent à obtenir le savoir absolu, aussi bien au niveau de l'ingénierie que des arts ou de la philosophie...

A la chute de Constantinople en 1453, les savants et artistes de la civilisation byzantine fuient les Ottomans et se réfugient en Italie. Ils sont accueillis par la riche cité-État de Florence, rivale de la République de Venise et des États pontificaux.
Chacune de ces puissances va financer des œuvres d'embellissement pour son propre compte.

Jusque là, l'expression artistique était l'apanage de l'Eglise. Destinée à maintenir le peuple illettré dans un état de crainte, elle ne mettait bien souvent en scène que des visions dantesques d'Apocalypse, d'An Mil, et de châtiments célestes.

Avec la Renaissance, les représentations vont rapidement entrer dans la sphère privée et se faire profanes. De grands nobles désireux de montrer le prestige de leur rang, font appel à des artistes talentueux et se font représenter au bas des figures divines.

.

Pour la première fois, les œuvres ne sont plus seulement commandées par le pouvoir religieux ou séculier mais entrent dans les maisons bourgeoises.

Ce climat d'émulation régnant sur toute la botte italienne va s'étendre à partir du XVe siècle, à l'Espagne, à l'Allemagne et à certains pays du Nord.
La mise au point de l'imprimerie par Guttenberg en 1456 est considérée comme l'un des facteurs déterminants de la diffusion de la Renaissance ; les idées circulent désormais beaucoup plus facilement.
Toutefois, ce n'est qu'au tout début du XVI°s que ce renouveau atteint la France et ce, par le biais des guerres d'Italie menées par les souverains français revendiquant les royaumes de Naples et de Milan.

Les rois français reviennent émerveillés de leurs campagnes italiennes : la magnificence des palais, l'éclat des peintures, la beauté des sculptures, la richesse des bibliothèques, tout en Italie appelle au renouveau.

La France, qui sort de plus de cent ans de guerre avec l'Angleterre, ne connait encore que le gothique flamboyant, les châteaux ont toujours une vocation défensive, les arts sont confinés dans la sphère religieuse.
Les premiers édifices Renaissance sont édifiés dans le Berry, région du roi Charles VI, près de la route Jacques Coeur.
L'épanouissement de cet art renaisssant se fait au travers des châteaux du Val de Loire, avec le roi François Ier. De retour en France après deux ans de captivité en Italie, il fait venir des artistes et architectes italiens sur le sol français. Ces artistes adaptent l'architecture renaissance italienne aux régions pluvieuses de France (ajout de toiture, ...).
Ce n'est qu'à partir de 1575 que les artistes français se défont de la tutelle italienne et réalisent enfin de grands travaux associant les idées de la Renaissance avec le savoir-faire français.


Bibliographie :

BENOIT Bruno, SAUSSAC Roland, Histoire de Lyon : Des origines à 2005, Edition des Traboules, 2005.

PELLETIER André, Histoire de Lyon : De la capitale des Gaules à la métropole européenne, Editions Lyonnaises d'Art et d'Histoire, 2004

GUTTON Jean-Pierre, Guide de Lyon : Renaissance, Age classique, 1500-1789, ELAH, 1995


information Vieux Lyon, quartier ancien Renaissance, secteur sauvegardé, patrimoine mondial UNESCO, infos tourisme, histoire, patrimoine